J’ai toujours adoré la course d’hiver. La vie m’a amenée à vivre 8 ans autour de la Méditérannée, dans des pays sans « vrai hiver », là où les locaux refusent de sortir de chez eux lorsque le mercure affiche un maigre -2 degrés.  De retour au Québec, la résilience et le dynamisme des Canadiens m’impressionnent. La tempête ne s’est même pas encore tout à fait calmée que l’on voit déjà cyclistes et coureurs sortir braver le froid et la neige, équipé de souliers conçus pour la course d’hiver. 

Premièrement, comment courir l'hiver?

L’hiver, on court presque à pas feutrés. Je dis à pas feutrés non seulement parce que la neige absorbe les sons, mais aussi parce que courir l’hiver implique souvent une réorganisation de sa foulée. Les plaques de glace peuvent être camouflées par une fine couche de neige, une très bonne raison d’augmenter la cadence de ses pas et de minimiser l’amplitude de sa foulée pour être capable de se rattraper si on glisse. Savoir jouer sur ces paramètres est fondamental lors d’une course sur une surface imprévisible. Tout comme le fait de bien relâcher le haut du corps et d’écarter légèrement les bras, afin de vous stabiliser davantage.

Si on court en sentier et qu’une bonne épaisseur de neige jonge le sol, c’est aussi l’occasion d’essayer de réduire son temps de contact au sol, c’est-à-dire avoir le plus possible un appui bref et léger. En fait, atterrir sur une neige irrégulière tapée ou molle peut se révéler très intéressant! Ça fait travailler davantage votre proprioception et stimule vos muscles stabilisateurs. C’est l’opportunité de se renforcer en courant!

La saison froide est un incitatif à prendre plus son temps, à réduire le volume et la vitesse, notamment parce que le froid rend plus ardu l’échauffement des muscles et des tendons, et augmente considérablement le risque de claquages et de tendinites. Il faut savoir que vous dépenserez plus d’énergie sur la neige que sur le bitume (1.5 à 2 fois plus!). Il faudra donc en tenir compte pour l’alimentation pendant l’effort et la distance que vous déciderez de parcourir.

Alors, comment s'habiller pour la course d'hiver?

Les dévers du sol hivernal font de cette saison un bon moment pour intégrer très doucement des souliers plus minimalistes avec une bonne semelles à crampons. Cela permet à votre avant-pied de pouvoir mieux se déformer pour épouser les irrégularités du sol, et ainsi garder votre cheville dans l’axe pour éviter de sur-solliciter vos ligaments latéraux de cheville. Tout ça dans le but de prévenir les entorses.

Quels souliers privilégier?

Offerte avec ou sans GORE-TEX (la version présentée ci-dessus possède la membrane GORE-TEX), cette chaussure de course d’hiver possède d’excellents crampons et un chausson cousiné qui protège bien le pied. J’ai toujours eu avec moi une paire pour le trail hivernal mixant boue et neige.

Prix: 0.00$

Product Type
Product Type

Offerte avec ou sans GORE-TEX (la version présentée ci-dessus possède la membrane GORE-TEX), cette chaussure de course d’hiver possède d’excellents crampons et un chausson cousiné qui protège bien le pied. J’ai toujours eu avec moi une paire pour le trail hivernal mixant boue et neige.

Prix: 0.00$

Offerts avec ou sans GORE-TEX (version ici avec GORE-TEX), grand confort du chausson et adhérence au sol.

Avec un tout petit peu plus d’absorption dans la semelle, les Norvan d’Arc’teryx sont ma belle découverte de cette année! Surtout pour les sentiers avec de grosses roches lisses, la technologie de crampons de Arc’teryx est infaillible. 

Prix: 0.00$

Product Type
Product Type

Offerts avec ou sans GORE-TEX (version ici avec GORE-TEX), grand confort du chausson et adhérence au sol.

Avec un tout petit peu plus d’absorption dans la semelle, les Norvan d’Arc’teryx sont ma belle découverte de cette année! Surtout pour les sentiers avec de grosses roches lisses, la technologie de crampons de Arc’teryx est infaillible. 

Prix: 0.00$

Quoi porter comme vêtements de course d'hiver?

J’ai appris à m’habiller pour courir dans le froid par essais-erreurs. Courir l’hiver, c’est chercher à ne pas être habillé ni trop chaud ni trop froid. Le truc pour trouver le bon équilibre est de s’habiller comme s’il faisait 10 degrés de plus, et de toujours rester en mouvement! Même si la résistance au froid reste assez variable d’une personne à une autre, il y a quelques règles d’or à connaitre :

  • Pas de coton ! Il retient l’eau et l’humidité, a tendance à s’alourdir et favoriser le frottement;
  • Favoriser les couches multiples plutôt qu’une seule grosse couche, puisque l’air entre les couches crée une isolation supplémentaire;
  • Toujours avoir les extrémités bien au chaud, car elles font perdre beaucoup de chaleur (tête, mains et pieds).

Pour la tête

Le vent est un facteur important à prendre en compte dans la perte de chaleur, et j’ai toujours trouvé ingénieux les accessoires avec un côté coupe-vent et un côté respirant. 

Salomon nous propose une tuque fantastique pour ça, qui protège des rafales et évacue la transpiration.

Prix: 0.00$

Product Type

Pour le cou

Le cache-cou est tellement important pour rester au chaud. Celui-ci est chaud, doux et respirant, en plus d’avoir de pouvoir être porté de 12 façons différentes. Une pierre deux coups pour l’entre-saison!

Prix: 0.00$

Product Type

Les couches de base

Product Name

  • Chaud et respirant
  • Très durable
Shop

Product Name

  • Très doux
  • Léger, chaud et respirant
Shop

Product Name

  • Chaud et respirant
  • Très durable
Shop

Product Name

  • Très doux
  • Léger, chaud et respirant
Shop

Je pense que ça fait 15 ans que je cours avec la première couche haute performance de Helly Hansen et malgré une utilisation accrue du produit, la qualité ne bouge pas et reste la meme pendant 10 ans voir plus! Par temps très froid j’opte pour cette version-ci en mérinos.

Sinon, les couches de base de Smartwool sont un autre essentiel, et la version Merino 250 correspond à la couche la plus chaude. On retrouve aussi, par exemple, la version Merino 150, pour les activités physiques très intenses ou les journées moins froides. 

La couche intermédiaire

J’adore cette veste signée icebreaker, qui sert admirablement bien en 2e couche par temps très froid. Idéale aussi comme veste pour l’entre-saison, c’est un produit extrêmement durable.

Prix: 0.00$

Product Type

La couche extérieure (ou manteau)

Souple, chaud, coupe-vent en avant, respirant dans le dos et même réfléchissant pour les sorties en fin de journée. C’est un modèle parfait pour le jogging en hiver et aussi pour le ski de fond. 

Prix: 0.00$

Product Type

Le pantalon de course isolé

Je suis quelqu’un qui a froid aux jambes l’hiver, alors j’opte pour un legging isolé en molleton qui m’offre une bonne protection coupe-vent. Celui-ci conçu par Craft est idéal.

Prix: 0.00$

Product Type

Le legging de course

Plus respirant, plus léger mais tout aussi coupe-vent et résistant à l’eau, le collant Agile Softshell de Salomon est parfait. À porter tel quel sous un short pour les hommes ou en tant que couche de base, sous un pantalon de course. 

Prix: 0.00$

Product Type

Les gants et mitaines

Product Name

  • Excellente protection coupe-vent
  • Peu isolés
Shop

Product Name

  • Chaudes et coupe-vent
  • Un peu plus volumineuses
Shop

Product Name

  • Légères et bien isolées
  • Coupe-vent
Shop

Product Name

  • Minces, doux contre la peau
  • Laine mérinos
  • Comme doublure ou pour les journées moins froides
Shop

Prêt à essayer la course d'hiver?

Beaucoup croit que la course d’hiver est un sport hautement technique qui demande une endurance et une force physique exceptionnelles. Ce n’est pas vrai. C’est une activité physique intense, certe, mais à la portée de tous, des débutants aux plus aguerris. Et – avec le bon équipement, rien de plus facile!